2019, une année maussade pour le TRM ?

Routiers : année maussade en 2019 ?

L’année 2019 débute par les « meilleurs voeux » du patronat routier.

Cependant, dans son Edito du 10 janvier, l’OTRE s’interroge sur l’année en cours pour le transport routier. En effet, la perspective d’un retour de croissance économique semble compromis.

Cette année 2019 s’annonce assez « maussade » pour le TRM. Le transport routier français reste impacté par le mouvement des gilets jaunes ces deux derniers mois.

Quel paquet mobilité en 2019 ?

Pour l’instant, les discussions sur le Paquet Mobilité semblent favorables au TRM. Cependant, rien n’est encore entériné à Strasbourg.

L’OTRE rappelle « (…) depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la présidence du Conseil est scindée en deux : le président du Conseil européen et la présidence tournante chaque semestre du Conseil de l’Union européenne (Conseil des ministres). Chaque pays de l’Union européenne préside à tour de rôle le Conseil de l’Union européenne pour une période de six mois. »

Ainsi, après la Bulgarie et l’Autriche, c’est la Roumanie qui présidera le Conseil de l’UE. L’OTRE rappelle que la Roumanie reste le pays leader des pays de Visegrad.

Suppression CICE : impact pour le transport routier

Cette année, dès le 1er janvier le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) sera refondu en une réduction de six points des charges Urssaf employeurs. L’OTRE explique que  » le CICE a représenté une économie de 6 à 7 % sur la masse salariale des transporteurs (sur les salaires inférieurs à 2,5 fois le Smic), cette transformation aura pour conséquence d’augmenter leur résultat avant impôts. »

De plus, d’après le CNR « l’impact moyen de la conversion du CICE en réduction de charges se traduirait par une baisse du résultat après impôts de 1,4 à 2,8 % »

Reste à savoir si le gouvernement tiendra son engagement pour neutraliser « les effets mécaniques de la baisse des cotisations ».

Fiscalité gazole : hausse en 2019 ?

Pour finir, l’organisation patronale évoque la fiscalité gazole.  En effet, pour 2018, on note une hausse de 18% sur les prix du diesel hors TVA et 13,1% sur le gasoil professionnel. De plus, jusqu’en 2022, de nouvelles hausses figurent au programme ! Cette année, l’augmentation avoisinera les 5,36 centimes d’euros par litre.

Pour conclure, l’OTRE prévient les pouvoirs publics du refus d’éventuelles nouvelles taxes pour renflouer les caisses de l’état !