Transport routier : prix du carburant en hausse

Au quotidien, la hausse constante du prix du carburant est une réalité à laquelle doivent faire face les entreprises de transports. C’est également vrai pour la logistique. En mars 2011, les prix de l’essence atteignait des niveaux historiques depuis 2008, le gazole atteignait 1,50 euros/l dans certaines régions de France, selon la Direction générale de l’énergie et du climat. A l’origine de cette augmentation des prix du carburant, l’actualité Libye (12e producteur mondial de pétrole). Si cette hausse des prix a touché les consommateurs, c’est surtout les entreprises de transport qui ont été touchées. D’après le délégué général de la FNTR (Fédération nationale des transporteurs routiers), les entreprises de transport et les transporteurs sont « pris en tenaille entre la chute des tarifs qu’ils peuvent facturer, provoquée par la libéralisation du marché européen, et la hausse des prix du gazole ». Pour rappel, le coût du gazole correspond à 20-25% du prix de revient.
Pour rappel, l’indexation gazole permet au transporteur de revaloriser les coûts et les répercuter sur la facture du client mais il faut que cette clause figure sur le contrat de transport de marchandises. D’après le vice président de TLF (Transport et Logistique de France) « environ 20 % des transporteurs ne l’auraient pas mis en oeuvre ». Pourquoi est-ce important pour la logistique et transport ? La loi oblige le transporteur à répercuter à date de la facture l’évolution du prix carburant à travers l’indice gazole qui alourdit la facture pour le client.
En mars 2009, Christine Lagarde et Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat aux PME lançaient une campagne de contrôle des prix des carburants aux stations services, en France, opération menée par la DGCCRF ( Direction générale de la concurence, de la consommation et la répression des fraudes) et un Observatoire des prix et des marges des carburants afin de surveiller les écarts entre les prix raffineries et le prix à la pompe à essence. Malheureusement, baisser les taxes n’a pas été la solution retenue par le gouvernement pour pallier cette augmentation des prix du carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *