Péage transit poids lourds l’OTRE opposés au dispositif Ecomouv’

OTRE, CGI, FNSEA...Dans un communiqué de presse commun, l’OTRE (Organisation des TPE et PME du transport routier), la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles), Coop de France (Coopératives de France), CGI (organisation professionnelle représentant l’ensemble du négoce/commerce de gros) expriment leur opposition au dispositif Ecomouv’ estimant que « les conditions d’adhésion au dispositif ne sont toujours pas réunies« .

Pour les organisations professionnelles, la nouvelle carte du réseau taxé est injuste et inégale et estiment que le péage de transit pl « va prioritairement impacter les transports de proximité et par conséquent les économies locales. »

 Dans ce communiqué, les organisations professionnelles ont notés les points suivants pour que cette taxe soit acceptable :

  • « que son produit soit effectivement consacré au financement des dites infrastructures ;

  • qu’elle préserve le transport routier national, notamment de proximité, en ciblant d’abord, comme proposé par la Ministre de l’Ecologie en juin dernier, le transport routier international de transit ;

  • que son incidence sur les charges des entreprises soit la plus neutre possible et qu’elle permette un véritable rééquilibrage concurrentiel au bénéfice des entreprises implantées en France ;

  • qu’elle soit équitable pour tous ceux qui auront à l’acquitter et ne s’accompagne pas de ruptures d’égalité territoriale entre redevables ;

  • que son montant soit prévisible et stable afin que ceux-ci puissent l’anticiper dans leurs coûts ;

  • qu’elle n’ajoute pas la complexité à la complexité, comme c’est le cas avec la majoration forfaitaire obligatoire du prix de transport. »

  • que son produit soit effectivement consacré au financement des dites infrastructures.

Avec ses exigences l’OTRE montre qu’elle compte bien ne pas se laisser berner par le nouveau dispositif que le gouvernement espère mettre en application à la place de l’écotaxe. Après la gronde et la colère des transporteurs routiers vis à vis de ce dispositif, après les incendies de portique écotaxe qui ont eu lieu en Bretagne, la méfiance est de mise dans la profession.

  • qu’elle préserve le transport routier national, notamment de proximité, en ciblant d’abord, comme proposé par la Ministre de l’Ecologie en juin dernier, le transport routier international de transit ;
  • que son incidence sur les charges des entreprises soit la plus neutre possible et qu’elle permette un véritable rééquilibrage concurrentiel au bénéfice des entreprises implantées en France ;
  • qu’elle soit équitable pour tous ceux qui auront à l’acquitter et ne s’accompagne pas de ruptures d’égalité territoriale entre redevables ;
  • que son montant soit prévisible et stable afin que ceux-ci puissent l’anticiper dans leurs coûts ;
  • qu’elle n’ajoute pas la complexité à la complexité, comme c’est le cas avec la majoration forfaitaire obligatoire du prix de transport.

Sur cette base, ils demeurent bien évidemment ouverts à la concertation avec le gouvernement.

– See more at: http://www.otre.org/communication.php?focus=9&year=2014#sthash.Yg3dLbZa.dpuf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *