Convargo, un bilan 2016 « gagnant-gagnant »

convargoNous avons contacté Maxime Legardez, CEO de Convargo pour dresser un premier bilan de la plate-forme française. En premier lieu, rappelons que cette plateforme a été lancée en septembre 2016. Cette jeune entreprise française est spécialisée dans le fret routier.

Convargo une solution aux problématiques du transport

Depuis plusieurs années, les entreprises du transport routier sont confrontées à plusieurs fléaux. Tout d’abord, rappelons que le dumping social sur le plan européen et international (CF enquête CNR novembre 2016) fait rage. De plus, les transporteurs français sont non seulement confrontés à des problèmes de trésorerie mais aussi aux défis environnementaux.

Avec son offre de service à forte valeur ajoutée, Convargo propose aux transporteurs français d’accroître le taux de remplissage de leurs camions. En outre, elle leur offre la possibilité d’avoir un trafic récurrent en éliminant les problèmes de trésorerie.

Convargo : une offre de service « gagnant-gagnant »

Convargo est une plate-forme dédiée aux professionnels (TPE, PME, Grands Groupes) et aux sociétés de transport françaises. Toutefois, celles-ci doivent être « en conformité avec la loi française ». Concrètement, Convargo propose une mutualisation des flux fondée sur une offre de service« gagnant-gagnant».

Pour résumer, les impacts et les économies réalisées par la mutualisation profitent aux différents partenaires. En favorisant le taux de remplissage des camions en limitant les retours à vide, cela engendre moins de Km parcourus donc moins d’émissions de CO2 (un plus pour l’empreinte environnementale).

La mutualisation des flux est un levier pour la supply chain des industriels, distributeurs ou prestataires logistiques. En effet, les délais de livraison sont raccourcis; la réduction des coûts du transport leur permet d’accroître en compétitivité.

Une plate-forme qui fixe les prix au plus juste

A ce jour, plus de 1000 entreprises de transport représentant 20 000 camions sont inscrites sur la plate-forme. En quelques mois, Convargo a développé une offre de service gagnant-gagnant permettant de dire non au « ré-affrètement en cascade ».

Dans un marché français estimé à 43 milliards d’euros, l’ambition de l’équipe de Convargo reste de fixer le prix du transport « au plus juste ». En effet, en optimisant les flux, chacun y trouve sa marge.

Actuellement, le transporteur qui effectue un fret routier pour la plate-forme est payé à 30 jours contre 49 jours en moyenne. L’ambition à long terme de Convargo est de raccourcir ce délai de paiement à 48h.

Après un bilan 2016 prometteur, la start-up française devrait étendre son activité au niveau européen, en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *