La loi travail n’est pas la cible des routiers !

grève des routiersLes routiers ont débuté une grève « reconductible » depuis le 16 mai 2016, 22h pour protester contre le passage en force de la loi El Khomri. Après une première journée de grève des routiers, l’OTRE rejoint la position de la FNTR pour dire que les syndicats du transport routier se trompent de cible.

Cible des routiers : les heures supplémentaires

Dans ce communiqué de presse mis en ligne le 17 mai, on peut lire « À l’appel de trois syndicats de salariés des transports routiers, des mouvements sociaux ont lieu depuis hier soir contre la loi EL KHOMRI adoptée en première lecture. La contestation porte sur la possibilité laissée aux entreprises de diminuer le taux de majoration des heures supplémentaires dans le cadre d’accords négociés avec le personnel ou leurs représentants. »

Pour l’OTRE, la cible des routiers n’est pas la loi travail

Or, l’OTRE rappelle que le secteur du transport routier de marchandises bénéficie toujours de l’accord du 23 avril 2002 qui encadre la rémunération des temps de service des personnels roulants, courte et longue distance et que rien ne permet d’affirmer que la loi El Khomri remette en question cet accord.

Pour l’OTRE, « le véritable enjeu pour conserver l’emploi dans le transport français se situe dans la lutte contre la concurrence déloyale européenne. Ces pratiques de dumping social ne peuvent se perpétuer plus longtemps sans que l’ensemble des entreprises françaises soient menacées de mort. La cible, le combat prioritaire à mener est d’abord et avant tout celui-là. Parce que ce sont les entreprises et les emplois qu’il faut sauvegarder. Si demain, par laxisme ou complicité coupable, par lâcheté ou faiblesse de l’État, les pratiques anti-concurrentielles perdurent et s’amplifient, la question même de la rémunération des heures supplémentaires ne se posera même plus ! »

Sur Europe 1, François Hollande qui était interviewé sur la loi El Khomri a déclaré « Je ne céderai pas » sur le projet de loi travail et après un mardi noir un peu partout en France (blocage de sites stratégiques, opérations escargots, barrages filtrants…), le mouvement des routiers menace de s’étendre à d’autres branches du secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *