Les transporteurs en colère au Havre

blocages au Havre

Les transporteurs en colère au Havre

Les transporteurs sont en colère au Havre, en Seine-Maritime, suite aux blocages des grévistes contre la loi travail qui les empêchent d’accéder à la zone industrielle.

Mardi 7 juin, les unions syndicales de Seine-Maritime ont organisés une action surprise bloquant une centaine de camions autour de la zone industrielle du Havre qui a nécessité la mobilisation de CRS pour déloger les manifestants et de nouveaux blocages sont annoncés ce mercredi 8 et jeudi 9 juin.

Le secrétaire général de l’OTRE Normandie, Philippe Bonneau a exprimé l’exaspération de la profession suite aux blocages « Nous sommes exaspérés, c’est comme ça depuis 15 jours ! Je reçois des témoignages d’entreprises, notamment les petites, qui sont dans des situations difficiles. Un transporteur m’a appelé ce matin pour me dire qu’il était sur le parking du centre routier depuis 19h hier soir, sans accès aux sanitaires, sans manger ! C’est inadmissible ! »

De plus, pour Philippe Bonneau « Les plus petits transporteurs ont moins la capacité de résister face à ces blocages successifs. Nous estimons que 600 euros sont perdus par camion, chaque jour de blocage. C’est un retard qui ne sera jamais rattrapé. » estimant que pour de nombreux transporteurs routiers, l’année 2016 serait « plombée par les blocages ».

Dans un courrier qu’il a adressé au préfet de Seine-Maritime, il relate la situation tendue entre transporteurs et manifestants. Dans ce courrier, on peut lire : « À l’intérieur de cette zone se trouvent littéralement pris en otages des conducteurs avec leurs ensembles routiers la plupart stationnés sur le parking du Centre routier à Gonfreville-l’Orcher et dans l’impossibilité totale de quitter l’endroit les manifestants leur refusant tout mouvement… Tous les services de restauration et d’accès aux sanitaires du Centre routier sont fermés aucun des personnels d’exploitation n’ayant pu se rendre à leur poste ce matin. Les conducteurs présents sur le parking, plus d’une centaine de personnes livrées à elles-mêmes, et, encore une fois, sans aucune possibilité de se restaurer et de vivre décemment, manifestent un sentiment total d’abandon. […] Solennellement, notre organisation demande que l’État fasse montre de son autorité et que ces pseudos manifestants aux méthodes de preneurs d’otages soient mis rapidement hors d’état de nuire en faisant cesser cette situation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *