L’OTRE favorable à un permis de conduire professionnel

Permis de conduire professionnel dans le transport routier

Permis de conduire professionnel dans le transport routier

L’OTRE favorable à un permis de conduire professionnel pour le transport routier.

Dans sa lettre d’information n°633, l’organisation patronale revient sur une mesure de la loi de modernisation de la justice qui pourrait impacter le transport routier. En effet, l’une des mesures instaurées consiste à obliger les chefs d’entreprises à dénoncer les employés ayant commis une infraction routière avec le véhicule de l’entreprise, sous peine de sanction.

 

Obligation de délation, une bombe à retardement ?

Pour l’OTRE « Cette obligation de délation a été faite en dépit de tout bon sens et constitue désormais une bombe à retardement. ». Lors du congrès 2016 de l’OTRE, le secrétaire d’État aux transports, Alain VIDALIES, avait réaffirmé « que cette obligation sera maintenue au nom de la sécurité routière et de la responsabilité des chefs d’entreprises d’en être des acteurs actifs. »

Pour l’organisation patronale « le secrétaire d’État oubliait tout de même que les transporteurs engagent déjà très fortement leur responsabilité en envoyant sur les routes des conducteurs professionnels qui roulent plus de cent mille kilomètres par an, pour un taux d’accidentologie quasi nul ! »

L’OTRE favorable à un permis de conduire professionnel

L’OTRE favorable à un permis de conduire professionnel dans le transport routier. En effet, comment un chef d’entreprise pourra gérer le compte de point de ses salariés sans avoir accès à leur vie privée !

Il est clair que « la situation ne peut rester en l’état. Si le gouvernement a souhaité engager la responsabilité du chef d’entreprise afin d’améliorer la sécurité routière, qu’il prenne aussi ses propres responsabilités en réformant le permis de conduire des professionnels routiers. Si un conducteur professionnel perd des points au cours de sa vie privée, l’activité de son entreprise ne peut et ne doit pas s’en trouver désorganisée. Et inversement. C’est pourquoi, le conducteur routier professionnel doit pouvoir bénéficier d’un permis professionnel. »

La présidente de l’OTRE a interpellé Alain Vidalies dans ce sens récemment, espérons qu’elle soit entendue à l’aube des prochaines élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *