Présidentielles 2017 : propositions de la FNTR pour le transport et la logistique

Dans son Edito, la FNTR fait des propositions et des revendications pour le transport et la logistique dans « ouvrir la route pour le prochain quinquennat ».

La FNTR interpelle les candidats aux présidentielles 2017 sur la politique des transports à adopter pour le prochain quinquennat.

Les propositions de Jean-Christophe Pic (président de la FNTR) reposent sur trois axes : la compétitivité, la transition numérique et la transition énergétique.

 

Redonner de la compétitivité aux entreprises de transport routier

Pour redonner de la compétitivité aux entreprises du transport routier, la FNTR fait les propositions et revendications suivantes :

-Favoriser le recrutement et la formation

-Alléger le coût du travail (CICE)

– Mettre en conformité la règlementation française avec la règlementation européenne sur la durée du travail des travailleurs mobiles

– sortir de l’impasse française du travail de nuit

– supprimer le dispositif du compte de pénibilité et le remplacer par un dispositif de prévention.

– Ne pas instaurer de nouvelle taxe, le secteur contribue déjà au financement des infrastructures

Pour lutter contre la concurrence déloyale, la FNTR préconise entre autres de limiter la durée de cabotage, d’amplifier les contrôles sur le territoire.

La FNTR reste favorable à un salaire minimum européen, à la création d’une Agence européenne du transport.

Transition numérique et énergétique

Pour la FNTR, il faut « exiger que les plateformes adoptent le statut de commissionnaire de transport, et recourent à des transporteurs inscrits au registre des transporteurs : le transport est une activité règlementée ».

Il faut aussi « Rendre interopérables les logiciels des différents corps de contrôle (DREAL/ gendarmerie/police et Direccte) et « Permettre la dématérialisation totale des documents qui doivent être présentés en cas de contrôle sur route. »

Pour le mix énergétique, la fédération patronale exige un soutien pour les entreprises du secteur comme stabiliser la fiscalité du GNV sur 5 ans, maintenir l’amortissement bonifié des poids lourds GNV

Parmi toutes ces mesures proposées, on notera que la FNTR réclame pour conclure un ministère des transports pour faire face aux nouveaux enjeux économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *