La France réclame une agence européenne pour le transport routier

agence europeenne pour le transport routier

agence europeenne pour le transport routier

La France réclame une agence européenne pour le transport routier afin qu’il puisse être régulé. Au Parlement européen, à Strasbourg, ce mardi Alain Vidalies et Myriam El Khomri ont réitérés la volonté de la France de lutter contre le dumping social qui sévit notamment dans le TRM auprès de Violeta Bulc, Marianne Thyssen et les euro députés en charge du dossier. Alain Vidalies a évoqué à plusieurs reprises les fraudes concernant les règles sociales et les contournements du droit du travail exercés par certaines entreprises employant des travailleurs détachés. Pour rappel, la France et l’Allemagne contre le dumping social.

 Une agence européenne pour le transport routier

Alain Vidalies veut éradiquer la concurrence déloyale de certaines entreprises de transport ayant recours à la « fraude organisée » et la création d’une agence européenne de régulation du secteur devrait permettre de faire respecter les règles européennes.

Pour le secrétaire d’état aux transports, « Il faut absolument que l’Europe crée une agence de contrôle (…) que chaque pays fasse son travail afin qu’une concurrence loyale puisse exister dans les transports. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, où nous avons face à nous des fraudeurs très organisés ». Pour lui, il est clair que ça « empêche un fonctionnement normal du marché des transports. Cette question doit être posée au niveau européen, sinon c’est chaque pays qui va trouver sa réponse, et on sait bien que ça peut nourrir tous les populismes anti-européens ».

La France a affiché sa volonté de combattre les sociétés « boîtes aux lettres » qui exploitent les failles du système en employant des travailleurs détachés à coût inférieur. Comme l’Allemagne, la France veut aligner les conditions des travailleurs détachés à celles des travailleurs du pays de livraison; pour rappel, la France a instauré le smic aux travailleurs détachés depuis le 1er juillet mais 11 pays européens s’y étaient vivement opposés et avaient saisi la Commission européenne estimant que leur compétitivité en serait réduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *